La détermination de l'âge d'un cheval grâce à sa dentition

Accueil L’hippologie Le signalement La détermination de l’âge
Auteur › Claudie Quénéhen Ouadah
En règle général, l'âge du cheval est indiqué sur les papiers d'identification, mais il est toujours utile d'être capable de déterminer son âge grâce à sa dentition, surtout dans le cas où son âge n'est pas connu ou si il y a un doute quant à celui-ci. L'examen des dents de connaître d'une manière à peu près précise l'âge d'un équidé, d'après leur forme, leurs usages et leur situation.
La dentition du cheval
Le cheval possède 3 molaires, 3 prémolaires, 1 crochet et 3 incisives à chaque demi mâchoire, ce qui donne au total 40 dents chez le mâle et 36 chez la La jumentjument, sauf pour la bréhaigne, qui elle a des crochets.

Les 12 incisives, 6 en bas et six en haut, sont situées sur la partie antérieur de la mâchoire. Il y a trois types de dents parmi les incisives (2 à chaque mâchoire). Les coins qui se trouvent à l'arrière et viennent ensuite les mitoyennes au milieu et les pinces à l'avant.

Les 12 molaires (dont 6 prémolaires) sont situées sur la partie postérieur de la mâchoire, soient six sur chaque branche maxillaire. Entre les incisives et les molaires se trouvent le crochet (ou canine) et ne sont généralement pas présentent chez les La jumentjuments, qui se nomment « bréhaignes » si elles en possèdent. Les barres (où se place le Le morsmors) sont situées, quant à elle, entre les crochets et les molaires.

Les dents se fixent côte à côte dans les cavités des os maxillaires nommés alvéoles. La partie de la dent qui est enracinée dans cette alvéole s'appelle la racine et la partie visible constitue la couronne. La zone intermédiaire qui se trouve entre ces deux parties est le collet ou le col.

Les dents ne poussent pas à la même époque, tandis que certaines poussent peu de temps après la naissance, et tombent à l'âge adulte (dents de lait ou caduques) et sont remplacées par des dents d'adultes, d'autres viennent plus tard tard et ne tombent jamais, ce sont les dents persistantes, comme les crochets et les arrière molaires.
L'étude indipensable... Les incisives
Mais parmi les dents, seules les incisives, dont l'ensemble constitue à chaque mâchoire l'arcade dentaire, fournissent les indices les plus sûres pour l'appréciation de l'âge d'un cheval. En effet, pour déterminer l'âge d'un cheval, c'est l'arcade dentaire inférieure que l'on doit en premier lieu consulter.

Comme les incisives de lait et celles qui les remplacent apparaissent à des époques fixes, il est donc possible de se rendre compte plus facilement de l'âge de l'équidé. Si un cheval porte à son arcade dentaire inférieure deux pinces de remplacement, mais des mitoyennes et des coins de lait, il a environ trois ans, car les pinces de remplacement apparaissent aux environ de trois ans et les mitoyennes seulement à partir de quatre ans.

Cette technique peut sembler peu fiable, pourtant le signe fourni par la date d'éruption des dents est absolument précis et peut permettre de diagnostiquer l'âge d'un cheval à un ou deux mois près. Mais si cela était le seul signe de détermination de l'âge, alors il ne serait plus possible de pouvoir l'estimer après cinq ans.
Seulement il existe d'autres signes, qui résultent de l'état général de la table dentaire, qui correspondent à la surface de frottement des incisives inférieures sur les supérieures et qui résultent aussi de l'incidence des dents sur la mâchoire et de leur direction les unes par rapport aux autres. Pour pouvoir décoder ces signes, il faut au préalable étudier l'anatomie d'une incisive, pour ensuite comprendre les modifications que le frottement et l'usure lui font subir.

La base de l'incisive est composée de la table dentaire (ou surface du frottement) et son sommet de sa racine. Elle ressemble vaguement à un cône allongé et incurvé sur lui-même. A l'extrémité de sa racine, la dent est aplatie d'un côté à l'autre, tandis que vers sa base, la dent est aplatie d'avant en arrière. La région de transitoire de ces deux formes, qui est vaguement triangulaire, occupe à peu près la limite de la partie libre et de la partie enracinée.
Il est donc très compréhensible qu'au fur et à mesure que la dent s'use par les frottements incessants contre la dent de l'arcade supérieure, la forme de sa table dentaire va, petit à petit, changer. Initialement aplatie d'avant en arrière, elle devient au fil du temps, par la progression de l'usure, ovale, puis arrondie, puis triangulaire et enfin bi-angulaire (aplatie d'un côté à l'autre).

Avec l'âge les incisives du cheval vont s'usée et moins devenir oblique sur la mâchoire. Certains chevaux très âgés arrivent à avoir les dents presque à l'horizontale.

En dernier lieu les incisives s'affrontent par leurs bords à leur extrémité libre qui s'aplatit d'avant en arrière. Lorsque les racines de ces dents arrivent à l'usure et comme elles sont aplaties d'un côté à l'autre, donc moins larges, leurs bords ne s'affrontent plus. Les dents sont donc d'autant plus espacées l'une de l'autre au fur à à mesure que le cheval prend de l'âge.
La table dentaire
Une dent est principalement constituée par deux sortes de substances. La partie extérieur est l'émail, une substance blanc nacré très dure, elle encadre de toutes parts l'ivoire (ou dentine), qui est quant à elle moins dure, est constituée d'une substance jaune et forme le corps de la dent.

L'incisive non usée présente à son extrémité une cavité d'une profondeur d'environ 15 millimètres et qui est constituée par un repli de l'émail d'encadrement. Cette cavité se nomme le cornet dentaire externe, et le fond de celle-ci est rempli d'un enduit brun noirâtre, qui constitue le germe de fève et est formé par une troisième substance qui entre dans la composition de la dent, le cément. La surface de l'extrémité de l'incisive n'est pas en ligne droite, mais inclinée vers l'arrière (le bord antérieur de l'incisive est plus haut que le bord postérieur). La racine est aussi possède une cavité nommée cavité dentaire interne et remplit la pulpe ou matrice de la dent. Avec l'âge, la pulpe de la dent disparaît et se voit remplacée, surtout au fond de la cavité, par de l'ivoire de nouvelle formation.

Le bord antérieur de l'incisive, le premier sorti et le plus élevé, perd par les frottements continus l'émail qui le recouvrait et le rendait tranchant, on dit alors que la dent est usée. Puis l'usure va avancer, plus l'émail qui recouvrait le bord postérieur disparaît, ce qui va finir par isoler le cornet dentaire. La table dentaire de la dent présente alors un rond excentrique d'émail qui recouvre la dent, puis un rond concentrique qui recouvre le cornet dentaire externe (ou cul-de-sac), et c'est à ce rond concentrique que l'on donne le nom d'« émail central ». Au fil du temps, les dimensions de ce cul-de-sac régressent, l'émail du centre se rapproche de plus en plus de la face postérieure de la dent. Au moment où le cornet dentaire externe est très réduit ou a disparu, on dit que la dent est rasée. Mais même si elle est rasée, la dent peut présenter pendant un certain temps, sur sa table dentaire, les vestiges de l'émail du centre. Lorsque les deux bords (antérieur et postérieur) sont parfaitement de niveau, on dit que la dent est nivelée.

Avant que le cornet dentaire extérieur ait complètement disparu, l'usure atteint le fond du cornet dentaire intérieur, lequel est rempli d'ivoire de nouvelle formation. Entre le bord antérieur de la dent et l'émail du centre, une bande jaune claire, qui s'arrondit et qui est formée par l'ivoire nouvellement constituée au fond du cul-de-sac interne, on lui donne le nom « d'étoile dentaire » ou « d'étoile radicale ».

Il y a des différences entre les incisives de lait (caduques ou de première dentition) et celles qui de remplacement. Les premières sont très blanches, plus petites, moins dures et plus étranglées au collet que les secondes plus ou moins jaunâtres. Les incisives de remplacement présentent sur leur face avant un large sillon longitudinal (ou cannelure), la face antérieure des incisives de lait est au contraire légèrement striée. D'ailleurs, pour ne jamais les confondre par la suite, il suffit de « boucher un L'hippologiecheval » de trois ans et de comparer les dents de remplacement aux dents de lait.
Première période... Les pinces de lait
Au cours de la première période se produit la sortie et le rasement des inclusives de lait du cheval.

C'est au cours du sixième mois que les pinces de lait sortiront, tandis que les mitoyennes feront leur apparition, du trentième au quarantième jour de vie, quant aux coins il arriveront entre le sixième et dixième mois du poulain.

A un an, les pinces sont très fortement usées et généralement rasées.

A quinze mois les mitoyennes subissent le même sort.

C'est seulement à vingt mois que les coins seront eux aussi dans le même état que ses voisines.
Deuxième période... Les pinces de remplacement
Au cours de la deuxième période il y a la sortie et le rasement des incisives de remplacement qui apparaissent de deux ans et demi à trois ans, les mitoyennes, de trois ans et demi à quatre ans et les coins, de quatre ans et demi à cinq ans. Jusqu'à cinq ans, la détermination précise de l'âge peut être faite à un ou deux mois près. Ce qui permet de déterminer cet âge de cinq ans, est que le coin est petit, presque vierge, que son bord arrière est encore intact, et quelquefois même, son bord avant l'est aussi. A six ans, les pinces sont rasées, le bord arrière des coins a été un peu usé. A sept ans, les mitoyennes sont rasées, les coins sont plutôt fortement usé, et le coin supérieur, plus large que l'inférieur, présente à son bord externe une échancrure appelée « queue d'hirondelle ou d'aronde ». A huit ans, toutes les incisives inférieures sont rasées et les dents sont devenues ovales, quant à l'étoile radicale, elle apparaît sur les pinces et les mitoyennes.
Il arrive régulièrement que le rasement des incisives se fasse plus tard. Dans ce cas de figure il faut se fier plutôt à l'état de fraîcheur des coins, à la forme aplatie ou ovale des dents et à la rondeur des incisives. On peut se référer à la phrase de Jacoulet et Chomel qui dit « Les incisives s'affrontent comme des mors de tricoise jusqu'à sept ans et même au delà de cet âge, avec des caractères de moins en moins accusés ».
Troisième période... Les formes diverses de la table dentaire
A neuf ans, les pinces sont devenues rondes, les mitoyennes se sont arrondies, les coins sont désormais ovales et la queue d'abondé n'est plus visible sur les coins supérieurs. L'émail du centre se rétrécit de plus en plus, tandis que l'étoile radicale est très visible.

Lorsque le cheval atteint onze à douze ans, toutes les incisives du bas sont rondes et la queue d'aronde réapparaît assez souvent aux coins supérieurs. L'émail du centre a généralement disparu dans les pinces, et le centre de la dent est envahi par l'étoile radicale.

De treize à seize ans, les pinces, et ensuite les mitoyennes et les coins deviennent triangulaires. L'émail du centre n'est plus dans les pinces et les mitoyennes. Les dents sont devenues longues, jaunes brunâtres, et leur direction est plus à l'horizontale.
Quelquefois à l'âge de dix-sept ans, les pinces commencent à devenir triangulaires. Ensuite les dents sont de plus en plus horizontales et se touchent sous un angle très aigu et s'affrontent surtout par leur bord arrière. Il arrive qu'au lieu d'être très longues et horizontales, elles soient courtes, droites, usées près des gencives, écartées l'une de l'autre et ressemblent à des chicots. Vers dix huit à vingt ans, les mitoyennes deviennent triangulaires et peu de temps après c'est au tour des coins.

C'est au delà de l'âge de dix huit ans que la détermination de l'âge devient plus pointue et exige une longue pratique un œil d'expert. Quoi qu'il en soit, cette connaissance n'est qu'approximative, à cause des caractères variables que présente la table dentaire chez le cheval âgé.
Les irrégularités dentaires
Il y a de nombreuses irrégularités dentaires qui sont principalement dues à des modifications de nombre, de forme et de développement.

Les dents du cheval poussent de 2 à 5 millimètres par année jusqu'à environ treize ans. Cette caractéristique, en plus de la différence de largeur entre le maxillaire et la mandibule, fini par créer une usure non symétrique des dents pendant la mastication. Chez certains individus, on peut voir dans la bouche du cheval des pointes d'émail saillantes sur les dents du maxillaire et sur celles de la mandibule nommée surdent. Lorsqu'un cheval, ayant cette pathologie, est monté avec un mors accompagné d'une muserolle française (placée sous l'apophyse zygomatique), il ressent une gène évidente lorsqu'on lui demande de tourner la tête à droite ou à gauche. Cela peut quelquefois expliquer un refus devant certains exercices. Ces surdents sont quelquefois responsables de la rétivité, de la raideur de la nuque et de la mâchoire présenté chez certains chevaux. Elles peuvent aussi provoquer des plaies profondes sur les muqueuses jugales ou des lésions linguales.

Les dents de loup sont des prémolaires atrophiées, de la même taille que les canines, qui poussent devant la première prémolaire supérieure (plus rarement inférieure) entre l'âge de 5 mois et 6 ans. Ceci n'est pas un défaut à proprement parlé, mais d'une dent qui n'est présente que chez certains individus. Malheureusement, elles provoquent des douleurs intenses au contact du mors. C'est pourquoi il faut absolument l'enlever si l'on monte avec une embouchure. C'est une intervention qui est rapide et non traumatisante pour le cheval.

Un cheval est dit « bégu » quand le cornet dentaire externe est encore presque intact après huit ans sur une ou plusieurs incisives de la mâchoire inférieure. Il est dit « faux bégu » quand l'émail central (ou cul-de-sac) du cornet dentaire est encore visible sur les incisives après douze ans.

Il n'est pas rare que l'excès d'usure soit constaté. La partie libre des incisives mesure environ, 15 millimètres, et use de 3 à 4 millimètres par an, chez certains chevaux, l'usure est avancée ou retardée, il faut en tenir compte pour l'appréciation de l'âge.

Les Les vicesvices d'usure qui sont dus au tic avec appui sont assez fréquemment constaté. On sait que certains équidés ont la fâcheuse habitude de prendre un point d'appui avec leurs dents sur un objet extérieur quelconque et de déglutir de l'air en faisant entendre un certain bruit. C'est dans ce cas de figure que les dents portent alors des traces d'usure anormale, qu'elles sont généralement usées sur leur face avant, et qu'il y a la formation d'un biseau aux dépens de cette face. La La législationlégislation concernant les Les vicesvices rédhibitoires comprend le tic, avec ou sans usure, des dents.
Boucher un cheval
On dit « boucher un cheval » lorsque l'on examine sa bouche pour déterminer son âge. La première chose à faire est d'écarter les deux lèvres, de manière à voir l'aspect des arcades dentaires. Ensuite on incite le cheval à ouvrir sa bouche pour montrer sa table dentaire inférieure, en introduisant l'index de la main droite entre les barres et la langue, alors que le pouce abaisse la lèvre inférieure. C'est un procédé préférable, moins brutal, et qui provoque moins de réaction et de défense de la part du cheval que celui quelquefois employé qui consiste à prendre la langue pour l'attirer au dehors.

Les moyens frauduleux

Certains vendeurs indélicats vont parfois employer des moyens frauduleux pour rajeunir ou pour vieillir un cheval. On peut le rajeunir en raccourcissant ses dents quand elles sont trop longues, et principalement en creusant sur la table des mitoyennes et des coins une cavité dont on noircit le fond, ce procédé fait croire à l'existence du cornet dentaire et du germe de fève. Pour reconnaître cette fraude, il suffit de constater l'absence d'émail du centre autour de la cavité, à l'empreinte du grain de la lime qu'à provoquer la dent, et au fait que les incisives ne s'affrontent plus.

A l'inverse, il est possible de vieillir un poulain en arrachant ses dents de lait de manière à accélérer l'éruption des dents adultes. En général, ce sont les coins de lait que qui sont arrachés vers quatre ans pour faire croire que le cheval a cinq ans de plus. La seule manière de détecter cette fraude, est de s'en apercevoir peu de temps après l'arrachage, car le cheval aura les gencives sensibles et gonflées.
Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement.
Tous droits réservés © WebEquitation 2015 - 2021