Le box

Accueil Le quotidien L’hébergement Le box
Le box idéal doit cumuler plusieurs atouts pour être digne de ce nom. Il sera suffisamment vaste, bien agencé, doté de portes et de verrous solides et pratiques, pourvu d’un abreuvoir et d’une mangeoire fonctionnelle et d’une excellente litière absorbante. Ses normes de construction privilégient le confort et la sûreté.
Le box de qualité
Un box de qualité comportera un minimum d’aménagements, soit :
Les volets et les verrous
Généralement, deux vantaux principaux sont fixés à la sortie du box. Le vantail inférieur a pour rôle de maintenir le L’hippologiecheval à l’intérieur du box. La bordure supérieur en bois est souvent protégée des morsures par une feuille métallique. Deux verrous renforcent l’aménagement en cas de fortes pressions. La targette du haut exige un système de sécurité perfectionné qui ne puisse pas être actionné par certains L’hippologiechevaux qui en comprennent vite le fonctionnement.

La targette du bas préserve le battant contre les coups de sabots intempestifs. Celle-ci bascule en position ouverte à l’aide du pied, un système appréciable lorsque le soigneur a les mains prises. Le volet supérieur sert de fenêtre d’aération et permet au L’hippologiecheval de se distraire du spectacle environnant. Du fait qu’il est ouvert durant la journée, il est vivement recommandé de la fixer à un taquet magnétique qui lui interdit de battre au vent et de se dégager, voire blesser la La têtetête du L’hippologiecheval. Fermé aux trois quarts (la nuit ou en cas d’extrême mauvais temps) et attaché au moyen d’un crochet, il permet de maintenir l’animal au chaud tout en lui laissant un filet d’air.

La plupart des verrous et des loquets sont rivés sur les façades extérieurs des portes des box. Ce procédé épargne au pensionnaire d’éventuelles meurtrissures s’il frotte contre la porte et l’empêche de jouer avec les fermetures. Néanmoins, certains soigneurs placent un mini verrou à l’intérieur du vantail inférieur, afin de pouvoir panser et seller commodément le L’hippologiecheval plutôt fugueur.

Dans les box intérieurs d’écurie « à l’américaine », des portes coulissantes installées sur galets et rails remplacent fréquemment ces vantaux.
Les grilles de sûreté
Les portes robustes, isolantes et de qualité, résistant à l’usure du temps, aux coups de sabots et d’incisives, doivent être en bois dur comme le chêne, le sapin du Nord ou certains bois exotiques. Elles sont conseillées par les professionnels avisés, qui dissuadent le propriétaire de poser des portes bricolées en amateur.

Ces dernières, confectionnées au moyen de bouts de bois quelconques et d’une profusion de clous, risquent de céder ou de se voiler rapidement. De surcroît, elles présentent un réel danger pour le L’hippologiecheval. Un coup de sabot décoché sur un vantail de pointes peut être à l’origine de graves Les blessuresblessures.

Pour des raisons de sécurité, certains box sont équipés également de grilles indépendantes « pleines » ou modèle « col de cygne » en acier galvanisé. Celles ci, placées à l’ouverture des deux vantaux principaux ou de celui du haut uniquement, sont préconisés si le L’hippologiecheval est agressif à l’égard de ses visiteurs. De même, une grille basse empêche le L’hippologiecheval de cogner la porte avec ses genoux, de l’endommager et de provoquer un vacarme incessant, parfois du matin au soir. En outre, elle permet de garder la porte ouverte et d’aérer le box.
Les aménagements intérieurs
Confort, solidité et qualité des matériaux priment à l’intérieur d’un box correctement agencé et fonctionnel. Deux anneaux sont fermement cloués au mur, l’un, ancré à hauteur de la nuque du L’hippologiecheval, pour le filet de foin, l’autre, placé en dessous, pour le Le licollicol. Une mangeoire en béton ou en plastique exempte d’aspérités aux angles arrondis est placés à hauteur du nez du L’hippologiecheval.

Un abreuvoir automatique en métal non ferreux, aluminium ou acier inoxydable, assure l’approvisionnement en eau fraîche. Celui-ci peut être choisi à niveau constant (fonctionnant grâce à un robinet à soupape ou à palette, le L’hippologiecheval appuie avec son nez sur le mécanisme pour étancher sa soif). Ces dispositifs sont à vérifier, à récurer, à brosser, et laver régulièrement, la poussière, les résidus divers peuvent dérégler les systèmes et contaminer à la longue la nourriture et l’eau. Nettement plus archaïque mais moins onéreux, le seau peut remplacer l’abreuvoir accroché à l’une des cloisons, à bonne hauteur, en fonction du gabarit du L’hippologiecheval. Il faut toutefois éviter de le laisser traîner au sol où il risquerait d’être heurté, piétiné ou souillé par la litière.

Quant au revêtement du sol, il mérite une attention particulière au moment de la construction du box. Assez dur, totalement étanche et antidérapant, il sera idéalement pourvu d’épais pavés autobloquants en caoutchouc, antidérapants, perméables, calorifuges, résistants aux charges concentrés, et très confortables.

D’autres accessoires pourront être utiles selon les besoins et les souhaits du propriétaire. A l’extérieur du box, sur un mur adjacent, il est possible d’appliquer un « tuyau » porte selle à portée de main du Le cavaliercavalier qui évite au harnachement les déformations et les salissures qu’il risquerait de subir par terre.
La litière
La litière joue un rôle essentiel dans l’hébergement du L’hippologiecheval. Elle doit être tout à la fois moelleuse, pour isoler du sol, lorsqu’il se couche, suffisamment épaisse pour l’isoler du froid en hiver, et, bien entendu, propre et régulièrement renouvelée, pour lui proposer une nourriture d’appoint à n’importe quel moment.

Il est indispensable de changer la litière salie par le crottin et mouillée par les urines afin de lui conserver ses bienfaits initiaux. Une paille humide perd de sa chaleur, pique ou démange la peau et nuit généralement à la santé du L’hippologiecheval. Les meilleures matières absorbantes utilisées restent les classiques paille de blé ou d’orge aux longues tiges, grignotées à longueur de journée par le L’hippologiecheval.

La paille de lin aux vertus de buvard, « facilement nette », est aussi vivement appréciée, contrairement à celle d’avoine, « bonne » mais susceptible de gratter certains épidermes fragiles. Quant aux copeaux de bois, moins poussiéreux, on privilégiera leur usage pour les L’hippologiechevaux allergiques à la paille et aux micro-champignons qu’elle contient parfois.

Le foin, à glisser dans un filet attaché à un anneau ou placé directement dans le râtelier, devra être de bonne qualité car il peut lui aussi héberger des champignons nocifs pour le L’appareil respiratoiresystème respiratoire des L’hippologiechevaux.
Les dimensions recommandés
Sa grandeur compte en premier lieu. En règle générale, la taille d’un box avoisine les 3 mètres de hauteur intérieur sur 3,5 mètres de large. Ses côtés mesurent au moins une fois et demi la longueur du L’hippologiecheval. Cela permet à l’animal de se mouvoir aisément et de s’allonger.

De plus, l’encadrement des portes mesure au moins 1 mètre de large sur 2 mètres de haut. Cet espace raisonnable, destiné aux entrées et aux sorties du propriétaire en compagnie de sa monture, s’avère évidemment nécessaire afin d’éviter les accidents.
Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement.
Tous droits réservés © WebEquitation 2015 - 2020