Les instruments de pansage, indispensables si l'on possède un cheval

Accueil Le quotidien Le pansage Les instruments de pansage
Auteur › Claudie Quénéhen Ouadah
Le matériel de Le pansagepansage est indispensable si l'on possède un cheval. Pour débuter l'idéal est de choisir un « kit de pansage » complet, dans un sac ou une boite rigide, que l'on peut compléter au fil du temps. Mais, même si cela est initialement une bonne option, il arrive quelquefois que l'on soit obligé de remplacer certains éléments, car ces ensembles ont des outils avec une taille standard qui ne seront peut être pas adapté au cheval comme au soigneur. Tous les éléments du Le pansagepansage, nécessaires au Le quotidienquotidien ont pour chacun d'eux un rôle bien précis.
Le bouchon
Le bouchon est une brosse qui possède des poils longs et durs, qui peuvent être en chien dent ou en nylon.

Cette brosse a une forme allongée et existe en plusieurs dimensions pour s'adapter au mieux à la taille de la main du soigneur. En effet, il est impératif que celui ci tienne bien en main.

Le bouchon est utilisé pour à éliminer la sueur et la boue sèche, et peut quelquefois être utile pour le démêlage à démêler les crins de la crinière et de la La queuequeue du cheval. Attention toutefois aux chevaux chatouilleux avec lesquels il faudra y aller en douceur.
La brosse douce
La brosse douce, comme son nom l'indique est moins dure que le bouchon et possède des poils plus courts et souples que lui.

En soie naturelle ou en synthétique, elle a une forme ovale et, pour que il soit possible de la tenir sans effort, elle est munie d'une poignée en cuir.

La brosse douce permet d'éliminer les derniers poils morts et la poussière que le bouchon a laissé derrière lui et fait briller la Les robes (ancienne nomenclature)robe du cheval. Sa douceur autorise son utilisation sur la totalité du Le corps dans son ensemblecorps.
L'éponge
L'éponge, qu'elle soit naturelle ou synthétique, est à utiliser humide pour nettoyer les zones « nues » du cheval, comme le contour des yeux, les naseaux, l'anus et les parties génitales.

On l'emploie avec de l'eau fraîche et propre en la passant doucement pour ne pas heurter le cheval au passage de celle ci aux endroits sensibles.

Il est impératif de prévoir deux éponges, une pour la La têtetête (yeux et naseaux) et l'autre pour l'anus et les parties génitales. Elle doit systématiquement être rincée avant de s'en servir et être nettoyée après chaque utilisation.

Si l'on choisi de ne pas changer l'eau du seau lors du nettoyage, il faut procéder, pour des raisons évidentes d'hygiènes, dans l'ordre qui suit. On commence par les yeux, puis par les naseaux, on change ensuite d'éponge et l'on lave les parties génitales puis l'anus.
Le cure pied
Le cure pied se présente sous la forme d'une pointe métallique qui est recourbée et dont le bout est légèrement arrondi, ou aplati. Il est utilisé pour nettoyer le dessous des Le piedpieds du L'hippologiecheval sans le piquer.

L'embout est inséré dans un manche en plastique, qui peut être en bois, en plastique ou en métal. Celui ci permet de maintenir fermement en main le cure pied lors du nettoyage.

On l'emploi après une séance de travail, une ballade ou tout simplement lors du pansage afin de retirer le fumier, la boue et les cailloux qui ont pu se coincer sous les sabots.

Le cure pied peut comporter une petite brosse qui est destinée à nettoyer à fond le Le piedpied (avant d'appliquer un onguent par exemple) et à évacuer les saletés décollés par le cure pieds.
Le peigne
Le peigne, qui existe en métal ou en plastique, se présente sous deux formes différentes. Il existe le peigne à crinière qui possède un bord supérieur plus fin et le peigne à queue avec une partie supérieur plus haute qui peut même être bombée.

Le peigne est utilisé pour démêler les crins, de la crinière et de la queue, uniquement si ceux-ci sont très embrouillés. Il est également indispensable pour désépaissir les crins et les égaliser, afin d'améliorer la présentation d'un cheval.

Idéal pour démêler une crinière peu fournie, il est généralement préférable d'utiliser le bouchon pour les crins, car le peigne, même si il est plus efficace pour les démêler, il en retire aussi beaucoup plus que la brosse. Dans tous les cas, la La queuequeue et les crinières « tous crins » doivent se faire à la brosse.
L'étrille
De forme ovale, l'étrille, en plastique ou en métal, est un objet qui a la particularité de présenter des courbes concentriques ondulées ou dentelées. Comme la brosse douce, elle est munie d'une poignée de cuir ou synthétique, dans laquelle on glisse sa main afin de la tenir sans effort.

Il existe des variantes de l'étrille :
  • L'étrille finlandaise est une sorte de brosse à picots en plastique qui sert principalement à démêler les crins de la crinière et de la La queuequeue.
  • L'étrille américaine est formée de plusieurs cercles de métal crantées réunis par un manche et fait des miracles quand il s'agit de décoller la boue sur un poil épais.
L'étrille, qui permet de décoller la saleté et de débarrasser le cheval des peaux et poils morts, ne doit en aucun cas être utilisé l'hiver sur des chevaux qui sont au pré, en effet, même si son efficacité n'est plus à démontrer, elle a tendance à démunir le cheval de certains poils qui sont une bonne protection contre le froid.

C'est un outils qui doit être passé uniquement sur les endroits charnus. Il ne doit pas être utilisé sur tout le Le corps dans son ensemblecorps du cheval, il faut éviter les parties « osseuses » (la tête, les membres, la pointe de l'épaule...),car cela pourrait lui faire mal.
La brosse magique
La brosse magique, est un type bouchon, entièrement en plastique, avec des poils très longs et souples.

Elle permet de nettoyer en profondeur le pelage du cheval.

Cette brosse porte particulièrement bien son nom, car elle élimine efficacement la poussière et fait briller la Les robes (ancienne nomenclature)robe.

Certaines brosses magiques ont une structure qui permet de produire un effet massant tout en protégeant les articulations, les tendons et les ligaments.
L'époussette
L'époussette peut se présenter sous différentes formes. Il peut s'agir d'un torchon, d'une serpillière ou d'une serviette éponge.

Il faut impérativement que l'époussette soit d'une matière douce et plutôt lisse.

Le principal est que le chiffon utilisé soit propre et qu'il soit suffisamment grand pour absorber la poussière qui pourrait encore rester après le passage de la brosse douce.

Elle est particulièrement recommandée pour à ôter la poussière sur un poil court, comme celui d'été ou celui d'un cheval tondu, ainsi que pour le lustrer le pelage du cheval.
Le bloc de pansage
Très efficace, mais souvent méconnu, le bloc de pansage, est une sorte de pierre ponce de couleur foncé.

Il permet d'éliminer la quasi totalité des taches de fumier, mais également, de débarrasser les membres du cheval des tenaces petits œufs déposés par les gastérophiles (Les parasitesparasites).

C'est également un moyen efficace et facile d'enlever les poils lousses du cheval, la poussière et les saletés incrustés sous les poils du pelage.

Après son passage, le cheval à une Les robes (ancienne nomenclature)robe qui présente un poil plus lisse et plus brillant.
Le couteau de chaleur
Le couteau de chaleur, un outil muni d'une raclette arrondie et d'un manche.

La raclette est moyennement souple afin de coller le plus possible à la La morphologiemorphologie du cheval.

Il permet d'ôter le surplus d'eau sur la Les robes (ancienne nomenclature)robe du cheval après la douche, mais également d'éliminer la sueur après une séance de travail ou une ballade.

Il faut éviter de passer le couteau de chaleur sur les L'appareil locomoteurmembres ou sur la La têtetête. Dans tout les cas, même si la raclette est souple, il est impératif de procéder avec délicatesse.
La brosse à sabot
Si le cure pieds que l'on a en sa possession n'est pas muni d'une brosse, il est possible d'en faire individuellement l'acquisition.

La brosse à sabot à généralement un manche en PVC ou en bois et possède des poils en matière synthétique.

Élément essentiel du matériel de Le pansagepansage, la brosse à sabot permet d'ôter les saletés décollés par le cure pieds et de nettoyer à fond le Le piedpied (avant d'appliquer un onguent par exemple).

On ne le répétera jamais assez « pas de bon cheval, sans de bons pieds », alors il faut systématiquement veiller, lors de la séance de Le pansagepansage, à brosser méticuleusement le dessous des sabots du cheval. Cela permet d'avoir la certitude qu'aucun élément indésirable ne s'est logé en dessous du Le piedpied.
La tondeuse
Une tondeuse est un accessoire qui n'est pas accepté par tous les chevaux, elle est pourtant bien utile pour à éliminer des poils disgracieux, et bien entendu pour tondre un cheval l'hiver.

Comme celle utilisée pour la coiffure, elle doit proposer différentes tailles de tonte et posséder une puissance constante pour une tonte régulière et pour éviter d'inquiéter le cheval avec des bruits intermittents.

Attention tout de même à son utilisation sur un cheval délicat ou particulièrement sensible. Il faut impérativement veiller à ce que la tondeuse ne vibre pas trop et qu'elle possède un niveau sonore faible, cela évitera de le stresser, et par la même, certaines réactions indésirables. Pour plus d'informations, rendez-vous sur le page « La tonteLa tonte ».
Le ciseaux de pansage
Le ciseaux de pansage sert à raccourcir la La queuequeue, à dégager un passage pour la têtière en coupant à ras les crins situés derrière les oreilles, et quelquefois, pour égaliser la crinière, même si il est préférable de le faire au peigne, sous la condition de ne pas trop répéter l'opération qui pourrait trop appauvrir celle-ci.

Il ne faut pas oublier de désinfecter les ciseaux avec un anti-bactérien, au moins deux fois par an, suivant le nombre d'utilisation, et de les affûter au minimum une fois par an.

La plupart des ciseaux de pansage possèdent des lames courbes et arrondies, dont une lisse et une crantée et des poignées gainées.
Le peigne à natter
Le peigne a natter, comme son nom l'indique, est un allié indispensable pour tresser plus facilement la crinière du cheval, afin de faire de beaux Le pion de crinièrepions pour les concours et tout simplement pour le plaisir des yeux.

Muni de quatre longues dents, il permet de faire des Le pion de crinièrepions à intervalles réguliers pour un résultat final très soigné. En effet, son design facilite la séparation des mèches qui doivent être tressées.

Pour maintenir les tresses, on utilisent des élastiques spécialement conçus pour le nattage des crins du cheval. Pour plus d'informations, rendez-vous à la page « Le tressage de la crinière et de la queueLe tressage de la crinière et de la queue ».
L'onguent
L'onguent est un produit spécialement conçu pour nourrir et hydrater les sabots du cheval en profondeur, et aussi assurer une bonne protection de la corne.

Il existe plusieurs variétés d'onguent, dont le noir et le vert. L'onguent noir contient également du goudron de Norvège, ce qui permet de protéger le sabot de l'humidité et prévenir la pourriture de fourchette et les soles ramollies. Quant à l'onguent vert, il est enrichi en vitamines, ce qui est bénéfique pour la santé de la corne.

Il faut appliquer l'onguent sur les sabots à l'aide d'un pinceau équipé d'un bouchon, après avoir soigneusement brossé le Le piedpied.
Le goudron
Le Goudron de Norvège est utilisé pour prévenir et traiter la pourriture de fourchette chez le cheval. Il est appliqué à l'aide d'un pinceau muni d'un bouchon.

Il est fortement recommandé pour les chevaux qui ont une sole ramollie, des plaies de sabot, mais également pour prévenir la macération en conditions humides (pâtures, litières...).

Le goudron de pin est reconnu pour ses propriétés antiseptiques puissantes et imperméabilisantes. Si l'on utilise ce type de goudron, on peut le faire tiédir afin faciliter son application.

Attention, il faut absolument éviter une utilisation trop prolongée, en effet cela pourrait entraîner un dessèchement du sabot et si l'on utilise le goudron de pin, on peut le faire tiédir pour faciliter son application.
Le shampoing
Il existe de nombreux types de shampoings adaptés à la peau du cheval, et contenant notamment des soins très spécifiques comme l'insectifuge, l'antipelliculaire et le spécial robes claires.

Il est important de choisir un shampoing qui se rince facilement et qui respecte la l'épiderme du cheval.

L'utilisation est souvent la même, il faut au préalable mouiller le cheval, et ensuite verser une quantité suffisante de shampoing directement sur le pelage (elle doit être indiqué sur l'étiquette du shampoing choisi) et masser avec une éponge en faisant bien mousser. Après avoir laissé agir quelques minutes, il faut bien rincer le cheval et ôter l'excès d'eau avec le couteau de chaleur.

Notez que certains chevaux se font un malin plaisir de se rouler après avoir été lavé, le mieux et de les amener vers un lieu où l'herbe est présente, ainsi il satisfera un besoin naturel sans saboter pour autant le travail du soigneur.
Le détachant
Le détachant se présente en spray et se montre très utile lorsque l'on doit éliminer des taches d'urine ou de crottin, surtout sur un cheval clair.

Son utilisation est simple, il suffit de l'appliquer sur la tache à éliminer, de frotter et de le laisser agir jusqu'à ce que le poil soit sec, il ne reste ensuite qu'à le brosse.

Le détachant sera généralement beaucoup plus efficace sur des taches d'urine ou de crottin qui viennent qui sont récentes et en surface. En effet, seulement un bon lavage au shampoing pourra faire disparaître complètement des taches incrustées, le détachant ne fera que les atténuer.
Le lustrant
Le lustrant est un produit qui facilite grandement l'entretien du cheval.

Cela n'est pas sa seule qualité, il se révèle d'une aide très précieuse en concours ou pour une présentation, car il fait briller sa robe et sa crinière.

Pour être efficace, il doit être pulvérisé sur un pelage propre, débarrassé des poils morts et de la poussière.

Après la pulvérisation il faut l'étendre directement avec la main ou avec une éponge légèrement humide.
Le démêlant
Le démêlant est un allié très précieux pour les chevaux qui possèdent une crinière et une queue très fournies. Il se présente sous forme de pulvérisateur ou dans un bidon recharge.

Utiliser régulièrement, il enlève non seulement les nœuds indésirables, mais il fait en plus briller les crins qui paraissent plus soyeux.

Il permet de bien brosser les crins sans avoir le désagrément d'arracher des crins, et utilisé sur le corps, il facilite le Le pansagepansage pendant quelques jours, en empêchant l'adhérence des poussières et des saletés de l'environnement.

Certains démêlants ont la particularité d'être efficaces pour blanchir des poils jaunies.

Pour une plus grande efficacité sur les crins, il est préférable de le pulvériser avant le Le pansagepansage, de cette manière, quand le soigneur démêlera les crins, le produit aura agit.
L'huile d'amande douce
L'huile d'amande douce est un soin utilisé depuis l'Antiquité pour ses nombreuses qualité. Elle est hydratante, nourrissante, adoucissante et apaise le cheval lors de démangeaisons.

Elle permet d'adoucir et faire briller la peau du cheval.

Elle s'utilise traditionnellement en application sur le contour des yeux et des naseaux, en prévision d'une présentation ou d'une vente.

L'huile d'amande douce est généralement très bien tolérée par la peau du cheval, toutefois, comme pour toutes les huiles, il faut limiter l'application sur les zones de ladre afin d'éviter les coups de soleil intempestifs.
Prix moyen du matériel de pansage
#Utilité pour le pansage standardPrix moyen
Le bouchonIndispensableDe 5 à 8 €
La brosse douceIndispensableDe 10 à 15 €
L'épongeIndispensable (en prévoir 2)De 5 à 8 €
Le cure piedIndispensableDe 5 à 10 €
Le peigneIndispensableDe 2 à 5 €
L'étrilleIndispensableDe 5 à 10 €
La brosse magiqueFacultatifDe 10 à 20 €
L'époussetteIndispensableDe 4 à 8 €
Le bloc de pansageFacultatifDe 5 à 20 €
Le couteau de chaleurIndispensableDe 5 à 20 €
La brosse à sabot Indispensable (si le cure pieds n'en possède pas)De 5 à 10 €
La tondeuseFacultatifDe 250 à 400 €
Le ciseaux de pansageIndispensableDe 10 à 15 €
Le peigne à natterFacultatifDe 4 à 15 €
L'onguentIndispensableDe 20 à 40 €
Le goudronIndispensableDe 20 à 40 €
Le shampoingFacultatifDe 10 à 20 €
Le détachantFacultatifDe 20 à 40 €
Le lustrantFacultatifDe 20 à 30 €
Le démêlantFacultatifDe 15 à 25 €
L'huile d'amande douceFacultatifDe 5 à 15 €
Le pinceau à sabotIndispensable (en prévoir 2)De 5 à 20 €
Kit de pansagePour débuterDe 20 à 40 €
Si on choisi de prendre un kit de pansage, il est possible de s'en procurer pour un prix moyen de 30 €. Pour s'équiper avec les instruments indispensables par pièce, le prix moyen est d'environ 100 €. Même si il est préférable d'opter pour la seconde option, un kit de pansage fera tout à fait l'affaire lorsqu'on débute.
Les informations affichées sur ce site internet ne sont pas exhaustives et sont données à titre indicatif exclusivement.
Tous droits réservés © WebEquitation 2015 - 2021